Les primates: de proches cousins de l’être humain

Le chimpanzé commun (Pan troglodytes)

Même si, d’après les statistiques officielles, on n’utilise plus de chimpanzés dans aucun programme
réglementé en France depuis 1990, leur utilisation n’y est pas légalement interdite.

C’est pourquoinous présentons ici des informations plus complètes concernant cette espèce.

En 2003, des chercheurs du laboratoire d’écologie générale de Brunoy ont publié un article présentant des expérimentations réalisées sur des chimpanzés, des bonobos et des gorilles.

Il s’agissait de recherches non invasives, censées a priori ne pas impliquer de stress ni de souffrance dans la mesure où les animaux concernés provenaient d’un zoo et, apparemment, n’étaient pas obligés

d’y participer. L’objectif de ces travaux était d’observer chez ces espèces des seuils d’affinité avec
le sucré et les composés à dominante astringente 8.

Les chimpanzés appartiennent à la même sous-famille de primates que l’être humain, à savoir celle
des hominoïdes.

Les chimpanzés (et les gorilles) sont nos plus proches parents actuels, et ils partagent avec nous 98,4 % de leurs gènes 9: cette proximité génétique est plus étroite que celle existant entre deux espèces différentes de souris, ou entre l’âne et le cheval.

L’analyse comparative des principales protéines synthétisées par l’organisme a montré que les protéines humaines étaient identiques à 99,3 % à celles du chimpanzé.

Ce que signifie ce lien étroit dans la chaîne de l’évolution, c’est que les chimpanzés, étant si proches des humains, ont en commun avec nous un certain nombre de facultés cognitives et émotionnelles, ce qui justifie qu’on leur accorde un statut moral similaire au nôtre.

Les chimpanzés ont fait l’objet d’un certain nombre d’études approfondies en laboratoire comme
dans leur milieu naturel, et les résultats de ces études montrent l’existence chez eux de pensées
et de sentiments très similaires à ceux des êtres humains.

On peut identifier chez eux un certain nombre d’émotions complexes semblables aux émotions humaines comme la joie, la colère, la tristesse, la réconciliation, l’amusement, la peur, l’anxiété ou le ressentiment.

On retrouve aussi chez le chimpanzé un vaste ensemble d’attitudes que l’on connaît chez l’être humain : par exemple le fait d’accueillir l’autre en l’embrassant ou en l’étreignant, le fait de jouer, le fait de se réconforter mutuellement.